Photo
Depuis le temps qu’il nous avait été annoncé, le petit dernier des disjonctés d’Uncommonmenfrommars sort enfin aujourd’hui chez Delete your favorite records et Effervescence records !

Easy cure de son petit nom, nous offre déjà visuellement un pur régal ; Dans son écrin made in Pèir Lavit (East side burgers, Charly Fiasco ou encore Nichiel’s), le CD ne se fait pas prier pour aller dans le lecteur !



Dès le premier titre, on comprend mieux les illustrations du Digipack à base de scalpels et autres outils de torture chirurgicale, puisque c’est « Sk8boarding hurts more when you’re over 30 » qui ouvre le bal. Le titre est assez explicite pour comprendre que ce premier morceaux nous rappel l’esprit toujours aussi teenage des paroles des albums précédents, avec évidement un refrain et des chœurs qu’on aura plaisir à gueuler aussitôt qu’on les connaitra par cœur.

Le titre suivant, « The only way to make it through the day » est une sorte d’hymne rebelle, au top de la contradiction, et on s’en rend compte dès les premières paroles! « I like to smoke when my throat hurts, have another drink when I’ve had too much ».

On retrouve l’esprit de “I hate my band” quelques pistes plus tard avec “Do you believe”, courte, mais efficace, ou encore dans « Too drunk to truck » avec un rythme bien soutenu, et un Trint bien énervé !

On kiffera bien aussi se dandiner sur l’excellente « You remind me the kids I used to hate at school », et d’autant plus quand on en connaît la petite histoire que Ed raconte chez Musique mag : « Ed : Je trouve assez drôle qu’aujourd’hui, le look à la mode jugé comme cool soit celui des mecs qui se faisaient taper dessus il y a 15 ans. J’étais comme ça à l’époque, un vrai nerd plus qu'un geek. Les geeks sont intelligents. J’étais crétin (rires). Je passais mon temps à regarder des films d’horreur et à jouer aux jeux videos. On se foutait sans cesse de notre gueule. Aujourd’hui, je vois tous ces hipsters qui s’habillent comme ça et portent des fausses lunettes pour être cools. Alors qu’à l’époque, personne ne voulait être geek. C’était synonyme de loose. »

Dans le même registre un peu pop-punk, on trouve « Half burning cigarette butts », « I had way too much fun » qui nous donne envie de soirées de folie, ou encore « Jim got in a fight with Brian Molko » pour laquelle vous trouverez une petite anecdote ici.

Plus obscure mais toujours aussi bonne, « Blue pill » nous envoi une bonne dose de reflexion.

Et pour finir, « Distorted information » qui balance grave sur la société de sur-consommation, tout en sonnant bien punk rock comme on a toujours aimé ça

En bref, un nouvel album qui dépote, et qui, bonne nouvelle, est offert en version cartonnée sur les concerts du groupe ! Aucune raison donc de ne pas l’avoir entre les mains !

Et comme dirait Madame Dentamyl, ça va faire un carton ! (Riez !)

Toutes les infos sur les dates de la tournée ici
Écouter l'album ici
Le commander ici ou

LoO'


 


Comments




Leave a Reply